Olivier, 45 ans

150 150 AFJVV

Mi-juillet 2017, Olivier s”est plaint de douleurs au ventre. Il n’était jamais malade, mangeait bio, sainement, ne fumait pas et ne buvait pas. Après 2 semaines de traitement prescrit, les douleurs ne passaient pas. Notre médecin a elle-même fixé un rendez-vous chez un gastro-entérologue. Une semaine plus tard, le Gastro découvre “quelque chose” au foie et lui fixe un rendez-vous, 10 jours plus tard pour une coloscopie. Le 7 août, la colosccopie révèle une grosseur au rectum. Le lendemain matin , le chirurgien nous apprend que c’est une tumeur. 2 jours, une prise de sang, un scanner et une IRM plus tard, nous savons qu’il s’agit d’une maladie grave, un cancer peut-être, mais bon, ça va aller, se dit-on.

Le lundi 14 août, le chirurgien nous apprend que c’est un cancer du rectum avec des métastases au foie, aux poumons et des métastases osseuses au niveau du bassin. Il répond à nos questions. Nous apprenons, main dans la main, que, sans la chimio, il ne reste que quelques mois à Olivier. Nous sommes effondrés. S”en suivent rapidement les hospitalisations à répétition car la douleur augmente et la morphine ne suffit plus. Le 27 septembre, le chirurgien m’annonce qu’il ne lui reste que quelques jours. Je vous passe les détails des derniers jours qui resteront gravés dans ma mémoire et mon coeur à jamais.

Il est parti le 2 octobre 2017.

Je reste seule, depuis, avec nos 2 filles de 19 et 16 ans et notre fils de 12 ans.

J’ai perdu l’amour de ma vie, après 24 années de bonheur et d’amour partagés.

J’habite Saumur (49) et j’aimerai rencontrer des personnes qui vivent la même épreuve que moi pour faire des balades en campagne, discuter… Bref, passer du temps avec des personnes “comme moi”, qui me comprennent. J’ai beau être entourée par la famille, les amis proches, mais ils ne peuvent pas vraiment comprendre, malgré leurs efforts et leur soutien apporté depuis.

Laisser une réponse